Kispasse

Monday, July 16, 2007

Rocklang, 2e étape sur ma route des festivals

Calé entre Bobital et Carhaix, le festival rock de Languidic n'a que partiellement réussi son pari de passer à trois jours. Si le spectacle était au rendez-vous, le public ne l'était pas toujours. Avec environ 2000 festivaliers, le compte n'y est pas.
Echaudés par le flop de l'année dernière (9000 € de déficits), les organisateurs ont décidé de changer de formule. Bien leur en a pris. Trois jours de concerts, c'est trois fois plus de plaisir pour les festivaliers. Dès le vendredi, le tremplin a bien lancé l'affaire devant 400 aficionados qui ont profité de cette soirée gratuite en guise d'échauffement. Quatre groupes régionaux se sont succédé sur scène. Le jury a eu fort à faire pour départager les Rennais de la Bavarde, au ska bondissant, les Briochins, de RER au reggae énergique, et les Nantais de Hell Nino, plus électro. Ce sont finalement ces derniers qui ont décroché la palme et ont gagné le droit de jouer, le samedi, sur la grande scène.
Le lendemain justement, peu de têtes d'affiches médiatiques, mais des groupes qui mériteraient assurément de l'être. De la musique festive plein les oreilles pour les 1000 festivaliers, avec Skarface, Sangria gratuite ou Casa Banditos. Les jeunes Mayennais de Kiemsa ont tout dynamité sur leur passage et le public a eu l'air d'aimer ça. Slam du chanteur porté par la foule, c'est une habitude, et du batteur, une première pour lui, pour fêter son anniversaire. Moins exubérant mais plus raffiné, Jim Murple Memorial a également enchanté le public.
Hier, ce sont les locaux de l'étape, Ko & Josephine (la chanteuse de ce duo, Christelle, est de Languidic), qui ont précédé les Fatals Picards, à la renommée désormais nationale et même continentale, depuis qu'ils ont représenté la France à l'Eurovision. Les fans sont rassurés: leur sens de l'humour est intact! Si les organisateurs ont passé un beau week-end, il va maintenant leur falloir faire les comptes. Le site est loin d'avoir accueilli les 3500 festivaliers attendus. Comme souvent, les absents ont eu tort.

4 Comments:

Post a Comment

<< Home