Kispasse

Thursday, July 12, 2007

Kispasse vs Ivan des Fatals Picards

Fatals Picards: 11 ans d’existence, des dizaines de chansons drôles et décapantes, des centaines de concerts... Et un événement pour sortir de l’anonymat: ils ont représenté la France à l’Eurovision. Dimanche, ils sont à Languidic, pour le festival Rocklang. Rencontre avec Ivan, un des deux chanteurs.
Alors, heureux de venir en Bretagne?

Oui. ça a toujours été un peu difficile de franchir le mur de la Bretagne. Mais après, c’est une région accueillante. On a quatre dates programmées: Languidic dimanche, Brest et Guéhenno en octobre, Loudéac le 3 novembre. On garde espoir de faire les Vieilles Charrues un jour !
Le public breton, il est bon?
Ça dépend des concerts. Parfois, ça s’est très bien passé, comme à Muzillac il y a deux ans. D’autres fois, il est moins vif... et plus gagné par l’alcool!
Pourquoi s’appeler les Fatals Picards alors que vous êtes à peu près aussi picard que le Télégramme de Brest?
À l’origine, il y avait trois Picards dans le groupe. Je suis le seul aujourd’hui. Et c’est vrai que je vis sur Paris, mais je reste picard de coeur! On reste des ambassadeurs de la Picardie.
Que préférez-vous en Picardie: la betterave, la flamiche ou Élodie Gossuin?
J’aime bien le sucre, donc je dirais la betterave. Élodie, on ne l’a jamais croisée. Par contre, on connaît Rachel, la dernière miss France qui est aussi picarde.
Quel souvenir gardez-vous de l’Eurovision avec du recul?
On a acquis de la notoriété. On est déçus du résultat, on pensait mieux figurer et on s’est fait laminer. C’est dommage pour France Télévision, mais ce n’est pas grave pour nous. On a eu une exposition médiatique, c’est tout bénef. Plein de gens ont découvert notre univers décalé.
Est-ce que votre cote auprès des filles a augmenté depuis que vous chantez L’amour à la française?
Notre public s’est un peu féminisé, mais on n’est pas encore Patrick Bruel quand même! Et on continue de pratiquer l’autodérision. L’amour à la française, c’était une chanson spécialement conçue pour le concours, c’est différent de ce qu’on fait d’habitude.
Vous préférez qu’on dise que vous êtes drôle ou que vous faites de belles chansons?
Les deux! Mais c’est vrai que ce qui prime avant tout, c’est l’humour. C’est notre marque de fabrique. La musique est là pour faire le plus bel habillage possible.
Qu’allez-vous jouer à Languidic?
Le concert va durer 1h15. Il y aura beaucoup de chansons de notre dernier album, Pamplemousse mécanique. Et quelques incontournables, comme Goldorak est mort. Il y aura aussi au moins un inédit: Public. Et puis comme d’habitude, on va taquiner le public sur le côté régionaliste. C’est bête de se replier sur soi-même, même s’il faut préserver sa culture et son patrimoine.

5 Comments:

Post a Comment

<< Home