Kispasse

Wednesday, July 13, 2005

Batman battu par six campeurs


Batman contre six petites caillera. Le justicier de Gotham City contre les tigistes de la téci. Duel alléchant hier soir à la Garenne, le cinéma de Vannes. Je me suis en effet enfilé deux films à la suite (quand c'est gratuit, on compte pas). Camping à la ferme, c'est l'histoire de six jeunes de banlieue parisienne qui vont in the middle of nowhere, dans le fin fond de la campagne française, pour faire des TIG (travaux d'intérêt général), une peine alternative à la prison. Retaper une église ou un terrain de foot, aider un vieil agriculteur à faire sa moisson. Choc des cultures, quand le hip-hop rencontre les cris de coq. Ce film aurait pu tomber mille fois dans les clichés. Mais au final, c'est rafraichissant, divertissant, successivement drôle et émouvant. Et cela donne à réfléchir. Un exemple de moments croustillants : des journalistes de la télé régionale viennent faire un sujet social sur les TIG. Ils repartent avec un reportage bidon sur le chien d'un des lascars qui a fait 600 km pour retrouver son maître.

Après le petit film français tout en couleurs, la grosse production américaine tout en contrastes. Batman begins et il a aligné les billets verts pour ses débuts. Les effets spéciaux étaient au rendez-vous, les acteurs ne sont pas mauvais, le scénario tient la route. Seul hic : ce film en donne plein les yeux, mais ça ne va pas plus loin. Il n'y a ni à rire, ni à pleurer, ni à réfléchir. Tout ce qui m'a plu dans Camping à la ferme manquait cruellement dans Batman. Batman battu à plates coutures par six lascars, elle est pas belle, la morale de cette histoire ?

4 Comments:

Post a Comment

<< Home