Kispasse

Tuesday, August 14, 2007

La cornemuse peut aussi être kitch

Hier après-midi, le concours de kitchen music a joué le rôle de récréation au festival interceltique de Lorient. Souvent déguisés, douze concurrents se sont disputé le titre. Parmi eux, Ronan Barbot, un jeune Parisien adepte du biniou...
Il est tombé dans la marmite de potion celtique quand il était tout petit. Ronan est pourtant né à Athis-Mons, dans l'Essonne, mais sous le signe de l'Interceltique... Car à l'âge de trois semaines, Ronan participait à son premier festival lorientais. Seize ans plus tard, il n'a pas manqué une seule édition. « Mon père jouait de la cornemuse, alors je m'y suis mis à mon tour, explique-t-il. Je joue au bagad Keriz, à Clichy. » Ses amis de lycée tapent dans le ballon ou sont accros aux jeux vidéo. Lui, son dada, c'est le biniou.
La guerre des étoiles du biniou
Hier, il s'était inscrit pour la première fois au concours de kitchen music du Festival interceltique : « Je l'ai fait pour m'amuser. C'est moins rigide que les concours classiques. On peut se lâcher. » Ronan est arrivé sur le podium avec un masque de Dark Vador, en jouant la musique du film Star Wars avec sa cornemuse. Il a également réussi la prouesse de danser une polka en continuant de jouer de son instrument fétiche. Enfin, il s'est allongé sur le dos, genoux pliés, sans s'arrêter de jouer. Souple et efficace. Un tonnerre d'applaudissements est venu saluer la prestation de ce bizut du concours.
« Musicalité, technicité et liberté d'expression »
Parmi les trouvailles des autres concurrents, Gwenaël Le Corrone, du bagad de Pommerit-le-Vicomte, n'a pas hésité à reprendre la rockcollection de Laurent Voulzy (qui se produit ce soir à Lorient), version biniou. L'Écossais Gordon Campbell (photo ci-contre) a joué la Marseillaise, drapé dans le drapeau français, avant de le laisser tomber et de revenir à ses hymnes fétiches venus des Highlands. Au clair de la lune, Fais dodo, Colas mon p'tit frère, Le Lion est mort ce soir, Fruit de la passion, Le petit bonhomme en mousse... Ce sont quelques-uns des impérissables airs joués à la cornemuse dans ce concours atypique alliant « musicalité, technicité et liberté d'expression », selon Loïc Denis, un organisateur. Au final, c'était le public qui décidait du vainqueur, les deux jurés officiels ne pesant que pour un quart dans le résultat. Vêtu en kilt, c'est l'Irlandais Robert Watt, un habitué des concours, qui a remporté les 260 € mis en jeu. Quant à Ronan, le titi parisien élevé au biberon breton, il n'est pas dans les cinq premiers. Mais promis juré, il reviendra ! Le celti-kitch a de beaux jours devant lui...

4 Comments:

Post a Comment

<< Home