Kispasse

Wednesday, June 08, 2005

Maud, kyo, grand o

Maud a un an de plus, c'est l'info de ce mardi 7 juin. Grande journaliste issue de l'ESJ, Maud représente dignement sa corporation. Cet été, elle aura le grand honneur de travailler pour la Voix du Nord, dans les rédactions de Dunkerque et Saint-Pol-sur-Ternoise. Une grande carrière s'annonce...





GUENNEUGUES KISPASSE VS KYO
Le reste de l'actu lilloise : Kyo donnait hier soir un concert au Splendid. Malheureusement pour eux, une conférence de presse était organisée une heure avant le début du show. L'occasion de faire quelques Guenneugues kispasse. J'ai commencé par une vraie question, un peu provoc, pour avoir l'air d'un vrai journaliste : "Un site Internet www.kyoboutique.com proposant des tee-shirts Kyo et autres produits dérivés vient de voir le jour. Vous avez un fan-club officiel : la kyosphère. C'est clair que vous ne faites pas la même musique, mais est-ce que vous n'avez pas l'impression de reprendre les méthodes qui ont fait le succès des boys-bands ?" Benoît, chanteur de Kyo, sourire aux lèvres : "Ce n'est pas nous qui contrôlons ce site." Moi : "Vous touchez des dividendes, quand même ?" Lui : "Oui, mais on n'a aucun problème avec l'argent. On est heureux de gagner notre vie en faisant ce qui nous plaît. On n'est pas flambeur. On garde les pieds sur terre. On sait ce que l'argent représente, on vient de milieux populaires. Quand on avait 15 ans, on portait des tee-shirts Guns N'Roses et ça nous faisait rêver." Moi : "Justement, une question classique dans ce type de conférences de presse, c'est de vous demander vos influences musicales. Pour essayer de faire plus original, quelles sont vos références philosophiques ? Est-ce que vous êtes un groupe plutôt platonicien ou aristotélicien ?" Lui en se marrant : "Je n'ai pas compris la question."

Plus tard, Benoît expliquait que son groupe préférait parler d'amour plutôt que de délivrer des messages politiques. Moi, à l'affût d'un scoop : "Vous avez voté le 29 mai ?" Florian, guitariste du groupe : "Oui... T'aimerais bien savoir pour quoi, hein ?" Moi : "C'est secret ?" Lui en plaisantant : "J'ai voté Laguilliers... et j'attends le deuxième tour !" Désolé pour cette fois, pas moyen de tirer le moindre scoop. Mais c'était une rencontre intéressante.

A la sortie, j'ai fait baver quelques fans en montrant la photo où je pose avec Ben et Flo, mes deux nouveaux potes. "Oh la chance !" C'était impressionnant de voir le nombre de personnes amassées devant la porte deux heures avant le début du concert. Un concert que je n'aurai pas pu voir, ingrats !

Pendant que certains s'amusaient dans la kyosphère, d'autres en chiaient à Sciencepoland (quelle transition !) C'était hier le début du grand oral pour les élèves de l'IEP de Lille. La règle du "jeu" : on tire au sort un sujet et on doit déblatérer dessus pendant dix minutes. C'est dans l'esprit de Science Po : savoir parler de n'importe quoi pendant un petit laps de temps, de préférence en deux parties - deux sous-parties. L'année dernière, j'avais eu comme sujet l'ONU depuis la fin de la guerre froide.

Mon amie Anne-Laure, très classe pour l'occasion, est tombée sur la lutte contre le chômage. Un sujet tout à fait d'actualité : de Villepin a annoncé aujourd'hui devant l'Assemblée nationale la fin du CDI. Il va aussi continuer à baisser l'impôt sur le revenu. Paraît que ça va faire baisser le chômage : faut m'expliquer comment. L'impôt sur le revenu est le seul impôt progressif en France, c'est-à-dire que le taux augmente avec le revenu. Mais la justice sociale n'est visiblement pas le point fort de ce gouvernement. Ils pourront toujours essayer de nous faire croire qu'ils ont entendu le message du peuple le 29 mai...
On peut critiquer Blair pour plein de raisons, mais il a quand même (parfois) de bonnes idées. Il défend actuellement un "plan Marshall pour l'Afrique". Un plan qui se décline en trois parties (Blair n'a pas dû faire Science Po) : annuler la dette des pays pauvres, doubler l'aide au développement en dix ans (la France n'y consacre que 0,4 % de son PIB, bien loin des 0,7 % promis), et mettre fin à l'hypocrisie du protectionnisme agricole des pays développés. Si les subventions agricoles me semblent légitimes quand elles sont versées pour des produits consommés en Europe, le système de subventions aux exportations est scandaleux. Il plombe les économies des pays pauvres, et c'est une distorsion profonde à un commerce libre et équitable. Je ne suis pas un apôtre du libre-échange, mais il faudrait au moins être logique avec soi-même, pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui en pâtissent.

9 Comments:

Post a Comment

<< Home