Kispasse

Thursday, July 24, 2008

Motörhead: du lourd pour commencer

Commençons ce récit des concerts de mon Carhaix 2008 par un aveu, une confession, une absence. Oui, on a séché les BB Brunes qui ouvraient le bal, mais on les avait déjà vus à Arras. Point trop n'en faut. Adrien Gallo n'a pas eu l'air de trop souffrir de notre absence, je crois même qu'il ne l'a pas remarqué. Ouf! Du coup, on arrive sur le site pour Motörhead. Du lourd, du très lourd même. Du heavy metal comme on n'en a plus vu à Carhaix depuis Deep Purple. Ils ont dû en voir, des scènes et des publics, depuis la fondation du groupe en 1975. Enfin, surtout Lemmy Kilmister, le bassiste, seul rescapé depuis le début. Le groupe est considéré, par les spécialistes et par Wikipédia(!), comme étant à l'origine du speed metal et du thrash metal. Et c'est vrai que ça dépote grave! Bon, faut avouer qu'ils ne sont plus tous jeunes. Pour les sauts de cabri et l'intensité scénique, faudra repasser. Mais le son est toujours là. Et ça force le respect, à défaut de l'admiration. De quoi parlent leurs chansons? De guerre, du combat du "mal" contre la "bien-pensance", de drogues, de sexe et de la vie "rock and roll" sur la route... Mais en contournant habilement les clichés. Lemmy a d'ailleurs déclaré dans une interview que la personne qui avait le plus influencé sa carrière était sa professeur d'anglais au collège, lorsqu'elle lui avait fait découvrir la littérature et l'écriture. Mikael Delaoglou à la batterie (sauf erreur de ma part, mais de toute façon, vous aurez du mal à le reconnaître) Phil Campbell à la guitare préparerait-il le grand soir? Et l'inoxydable Lemmy à la basse: la grande classe Les fans sont à la hauteur de leurs idoles

6 Comments:

Post a Comment

<< Home