Kispasse

Thursday, July 24, 2008

Yael Naim: belle âme dans le fond

OK, elle a percé grâce aux Dix Commandements, ce qui est aussi glorieux pour une chanteuse qu'un journaliste qui fait ses premiers faits d'armes à France Soir. Mais bon, quand ce n'est pas la télé-réalité, les comédies musicales sont aujourd'hui devenues un passage presqu'obligé pour réussir dans le petit milieu de la musique qui traverse la crise. Bref, Yael Naim a trouvé sa voie et sa voix, c'est bien là l'essentiel.
A Carhaix, elle a fait montre de son immense talent. Des chants de tendresse se sont abattus sur les champs de Kerampuilh. L'interprète du tubesque New Soul en a soufflé plus d'un avec ce vent de douceur.
Commençons par le commencement. Yael est née à Paris le 6 février 1978, soit un jour avant mon frère aîné Philippe (ça vous fait une belle jambe, hein?). Pour votre culture générale, sachez aussi que c'était un gros mois avant le naufrage du pétrolier Amoco Cadiz au large de Portsall près de Brest (eh oui, il y a eu une vie, et la mort de milliers d'oiseaux, avant l'Erika!)
Alors qu'elle est âgée de quatre ans, ses parents, juifs d'origine tunisienne s'installent en Israël à Ramat Ha-Sharon où elle passe son enfance. En hébreu, Yael Naim se dit יעל נעים (ça vous fait une belle deuxième jambe, hein?)
David Donatien n'est pas que le batteur de sa dame. C'est de leur collaboration qu'est né l'album Yael Naim, un beau bébé qu'ils ont semble-t-il mûri dans une chambre (à coucher des mots et des notes sur le papier)
Continuons notre brève présentation des musicos avec Synthé-Man
Dernière bête (de scène) derrière la belle: le bassiste
Yael Naim est aussi douée au piano qu'à la guitare
"T'as de belles mains, tu sais..."
Le public est envoûté (mot galvaudé dans la presse de nos jours, mais là c'est vrai, et toc!)
Les âmes s'élèvent, les bras itou
Yael à son tour lève sa main pour saluer son public
Nous la retrouvons un peu plus tard en conférence de presse avec David Donatien ("c'est bon, tu peux pas la laisser tranquille cinq minutes, on va pas te la bouffer"). En plus, elle lui rend hommage, beurk: "On a bossé deux ans et demi pour préparer ce projet. On a trouvé une alchimie musicale que je n'avais pas connue auparavant. On a voulu peaufiner les détails pour être contents de nous à 100%. Au début, comme on chantait des balades en Hébreux, on ne pensait même pas que ça sortirait en France, qu'au mieux ça aurait une existence en Israël."
Elle est aussi revenue sur son passage aux Dix Commandements: "Pour moi, ce n'était pas du tout mon chemin, mais c'était l'occasion de faire des rencontres musicales. Cet album, c'est le premier où j'ai pu exprimer vraiment ma couleur. Le premier album qui a été un échec, c'était très dur: des années de travail qui s'écroulent. On n'avait pas de tubes. Ca a été une grosse désillusion. En plus, j'étais seule dans une grosse ville inconnue: Paris."
"Ce qui m'inspire, c'est ce qui me touche dans la vie, quand j'ai un sentiment"

A un moment, elle a, en plein milieu d'une chanson, demandé aux techniciens de faire un changement pour améliorer le son, ce sur quoi je l'interroge: "Il y a toujours une seconde d'hésitation, mais j'ai préféré régler tout de suite le problème." Limpide comme de l'eau de roche, ou non, encore mieux, limpide comme sa voix

6 Comments:

Post a Comment

<< Home