Kispasse

Thursday, July 24, 2008

Maïon et Wenn: la révélation

Attention révélation! L'année dernière, elles avaient gagné le tremplin des Jeunes Charrues et donc le droit d'ouvrir la journée du vendredi sur la scène Kerouac. Cet hiver, je les avais vues au Museum Café à Rennes, dans un bar en Trans. Une découverte qui ne m'avait pas laissé de glace. Mais le show qu'elles ont produit aux Vieilles Charrues était tout bonnement génial! C'est bien simple: avec les ZZ Top et The Hives, ce sont les 3 concerts que j'ai préférés de cette édition 2008. Devant des pointures comme Ben Harper, Motörhead ou encore Vanessa Paradis. Pas mal pour deux débutantes!
Elles ont tout pour elles. D'abord, elles sont bourrées d'humour. Mention spéciale pour le texte délirant de "Bambi est mort ce soir, Panpan a le cafard".
Ensuite, leur jeu scénique est parfaitement rôdé. Les belles se renvoient sans cesse la balle. Elles font intervenir des danseurs de hip-hop super doués. Leurs musiciens aussi se prêtent au jeu impétueux des demoiselles, notamment l'accordéoniste qui n'hésite pas à délaisser son instrument fétiche pour jouer le gentleman dans un beau rôle de composition.
Enfin, leurs chansons sont belles, tout simplement. Les deux Nord-Finistériennes changent de style comme de mimiques, alternant entre du rap ironique à la Kamini et de la chanson française dans sa plus pure tradition, d'Edith Piaf à Anaïs. C'est souvent émouvant et toujours juste. Si ces deux-là ne percent pas, je me retirerai définitivement de la vie musicale. Ou alors je braillerai à la manière de Marianne James: "Vous avez vraiment des oreilles de merde!"
Wenn, Gwenn Jouin de son vrai nom, est à la fois chanteuse et pianiste, instrument qu'elle manie de ses doigts délicats depuis qu'elle a 8 ans
Maïon joue la comédie depuis des années. Elle a notamment fait ses armes avec des spectacles intitulés "La Breizh Pride" (danse–batucada) ou encore "La Boîte à Meuh" (mime)
Wenn et Maïon se connaissent depuis une dizaine d’années
Après avoir participé à différentes formations musicales et théâtrales chacune de leur coté, elles ont uni leurs talents en 2005 dans "Les Soeurs André"
En 2006, Gwenn quitte le groupe. Marion lui propose de mettre en musique les textes qu’elle écrit. La pianiste est intéressée par le projet car elle souhaite enfin composer sa propre musique. Les séances de travail commencent et toute occasion de s’amuser développer l’univers de Maïon et Wenn est une occasion à saisir... L’amour, la mort, l’infidélité et la folie sont leurs sujets de prédilection.
Leur accordéoniste, outre ses talents de musicien, a aussi montré qu'il savait joué la comédie
Maïon et Wenn, c'est le spectacle assuré
Maïon n'est pas que bonne comédienne. Ayant suivi toute sa scolarité à Diwan (école bretonne), elle est bilingue et travaille également en doublage d’oeuvres audiovisuelles pour TV Breizh (si vous avez l'occasion de regarder un Colombo en Breton, ça vaut le coup!) et France 3
Wenn est avant tout chanteuse (non non, pas beugleuseà, elle pratique sa spécialité en chorale et en solo depuis son jeune âge
Les deux font la paire et le duo des étincelles
Elles ont su s'entourer de très bons musicos
En conférence de presse, les deux comparses sont fidèles à elles-mêmes: sympas, drôles, déjantées. Extraits.
Maïon: "Je me suis niqué le genou à force de faire la vague" (figure de style acrobatique quand elle s'essaie au hip-hop)
Wenn: "Quand on a un beau cul, faut le montrer! On essaie de ne pas faire un truc super propre, mais de montrer plein de conneries qui font qu'on se fout de votre gueule! Le n'importe quoi, il est possible que si t'as bien bossé avant. Pour construire un morceau, il faut d'abord le faire vachement propre avant de le démolir. Moi, j'écris un truc super cucu, Maïon apporte le côté décalé. A partir du moment où l'on va jusqu'au bout de notre délire, ça passe."
Maïon: "On aime bien passer du rire aux larmes, l'amour-humour. Moi j'adore les couchers de soleil et les dauphins! Et on aime vraiment bien Francis Cabrel toutes les deux."
Wenn: "Y a des trucs, c'est tellement nul que c'est génial. Non, je ne parle pas de Francis Cabrel, mais de la variété en général."
L'accordéoniste: "On les supporte, c'est comme un couple. Des fois, elles sont chiantes, surtout une."
Wenn reconnaît aussitôt: "Parfois je suis quelque peu tyrannique dans le travail. Ca va jusqu'à la cuisson des pâtes. La suite? Pour l'instant, on aimerait que notre spectacle tourne au moins quatre ans. Après, on a déjà des idées... On évolue tout le temps. On a regardé une vidéo des Jeunes Charrues l'été dernier: on gueule comme des vaches. Là, on est au milieu de l'échelle, on a encore plein d'échelons à gravir." Là, je me dois d'interrompre ce débordement de modestie. Certes, elles ont encore plein de marches à escalader en terme de notoriété, mais en terme de qualité scénique, croyez-moi, elles sont rôdées. Là, alors que Maïon a fait allusion à l'hôpital de Carhaix, pour lequel la population et les élus se sont battus car il était menacé de fermeture, je leur demande si, hormis pour cette cause, elles seraient prêtes à s'engager politiquement... Visiblement, c'est une pomme de discorde: si Maïon est super engagée politiquement, Wenn n'en a pas envie. "C'est notre différence qui fait notre richesse", conclut-elle en se marrant.
Wenn: "C'est important de ne pas rentrer dans le moule. Ca serait génial d'arriver où on veut sans passer par les cases obligatoires, comme chez Cauet par exemple."
Un des deux danseurs de hip-hop: "C'est un kiff pour nous. Sur une scène comme ça, on ne peut qu'exprimer notre plaisir."
Maïon: "Ils nous ont appris à bouger notre cul!"
En conférence de presse, Maïon et Wenn ont montré qu'elles ont déjà tout des grandes, et même plus: un sens de l'humour décoiffant
Pendant ce temps-là, l'accordéonniste sabre (ou sable, faites pas chier, les deux se disent!) le champagne
Une dernière photo de votre humble serviteur avec Maïon présentant leur nouveau disque qui vient de sortir. C'est pas cher (10 euros) et ça peut rapporter de gros moments de plaisir. A consommer sans modération! (On se croirait chez Ardisson ici)

5 Comments:

Post a Comment

<< Home