Kispasse

Monday, June 05, 2006

Quand je casse du sucre de Cannes

Trop d'actu tue l'actu. J'ai donc décidé de faire mon festival de Cannes en décalé. Et plutôt qu'une programmation trop intellectualisante réservée à une élite au cerveau ultra-développé, je vais tout voir. Des films d'action comme des comédies françaises, de la science fiction comme des pamphlets politiques. En fait, j'ai acheté une carte d'accès illimité (pas de pub, je ne citerai pas le cinéma qui propose ça). 18 euros par moi, autant de séances que l'on veut. Selon l'ouvreuse qui m'a vendu la carte, les frais fixes pour le cinéma sont de 5,03 euros par personne et par séance. A partir de 4 séances par mois, ce ne serait donc plus rentable pour eux. Comptez sur moi pour pulvériser ce score. Mon abonnement, c'est un peu un moyen de lutte contre les multiplexes en ville, je vais les faire couler en abusant de ma carte. Mais un intervenant de l'ESJ qui a travaillé pour un cinéma nous a expliqué qu'un ticket sur dix environ n'est pas déclaré et va intégralement au cinéma, donc je me fourvoie peut-être dans mon calcul. En tout cas, voilà les films que je suis allé voir (avec mes commentaires très perso).
A voir:
:-) Camping avec Franck Dubosc, Mathilde Seigner, Gérard Lanvin, Claude Brasseur... Une bonne comédie française où l'on se marre franchement. Déconseillé aux étudiants de l'ESJ qui viennent de signer un CDD car ça donne envie de se casser en camping cet été. Quelques phrases cultes:
"C'est la cerise qui fait déborder le vase."
"Chassez le naturiste, il revient au bengalow."
"Si je comprends bien, vous revenez dans ce camping chaque année depuis trente ans. Mais pourquoi vous n'achetez pas une maison?
- Mais parce qu'on serait obligé de revenir. On ne serait plus libre d'aller ailleurs."
Perso, c'est mon petit préféré. Mais il est vrai que j'ai des goûts de beauf.

Non, non, c'est pas Berlusconi, c'est juste un caïman:-) Le Caïman de Nanni Moretti (uno dei piu` grandi registi italiani): un bon film sur l'Italie d'aujourd'hui, qu'ils disaient pour vendre le film. Bon, techniquement, c'est plutôt sur l'Italie d'hier, vu que ça parle du couillon Berlusconi, ses magouilles, son hégémonie, ses emmerdes... Mais c'est vraiment super bien foutu, l'acteur principal (Silvio Orlando) est excellent voire benignissime, et ça fait toujours plaisir d'entendre parler italien.

:-) Dans la peau de Jacques Chirac de Karl Zéro: j'aime bien le Vrai Journal et Karl Zéro va me manquer avant mes Guignols. J'espère qu'il trouvera un autre espace pour s'exprimer. Pourquoi pas le cinéma? En tout cas, cet essai est réussi. Je pensais à peu près tout savoir sur Chirac, son opportunisme politique, ses retournés acrobatiques de veste, ses néologismes abracadabrantesques. Que nenni! Il est encore pire que je croyais. Exemple: même sur le thème de la sécurité routière, il avait en 1980 un discours à l'opposé de la fermeté qu'il prône aujourd'hui. Il défendait alors le pauvre automobiliste traqué par la police, soulignant qu'il s'agissait là d'un secteur industriel très important. On voit aussi Chirac faire du Le Pen dans le texte: "Si vous rajoutez à cela (les étrangers qui font plein de gosses pour toucher des allocs) le bruit et l'odeur, le travailleur français devient fou." Y a aussi quelques perles qui m'ont plu: "En chaque journaliste sommeille un gauchiste." "En chaque juge sommeille un justicier." Vous en voulez encore sur les contradictions de notre cher président (très très cher même, si on s'intéresse à ses frais de bouche)? Supermenteur était contre l'élargissement de l'Europe il y a 30 ans, pour aujourd'hui. Idem pour la dissolution, Chichi a retourné sa veste en moins de deux. Et encore, Karl "impunité" Zéro ne parle pas du quinquennat pour lequel Chichi a prôné tout et son contraire. Chapeau l'artiste (à vous de savoir si je parle de Karl ou bien de Jacques)!

Bof:
Attention, la scientologie rend con:-( Mission impossible 3 avec Tom Cruise. C'est un bon film d'action, avec des courses-poursuites en voitures, des explosions, de l'amour, des acrobaties, des armes de haute technologie, des hélicoptères... Le gentil gagne à la fin. Normal, il est super balèze et hyper équilibré (ça doit être la scientologie qui fait ça). Bref, c'est bien foutu, et les amateurs du genre ne sont pas déçus. Mais ça manque d'un je ne sais quoi qui en ferait un excellent film. Mon conseil: va le voir si t'as la carte illimitée, sinon, ça passera bien assez tôt à la télé.

:-( X-Men l'affrontement final: y a les gentils mutants qui butent les méchants mutants qui veulent détruire les humains. C'est un peu réducteur, mais en gros, c'est ça. Ajoutez à ce scénario béton des effets spéciaux à la pelle, des mortels combats, des gentils qui deviennent méchants (parce que le monde n'est pas aussi manichéen) et vous obtenez une belle merde de taureau holywoodienne (traduction littérale de bullshit). Franchement, n'y allez pas! En même temps, la science fiction, c'est pas trop mon kif à la base. Et c'est quand même moins pourri que la Guerre des Mondes.

8 Comments:

Post a Comment

<< Home